Climat des affaires

Togo : Lomé, capitale africaine en devenir de la lutte contre le blanchiment d’argent

Après la désignation de Francfort comme siège de l’Autorité Européenne de la Lutte contre le Blanchiment d’Argent et le Financement du Terrorisme, l’attention se tourne désormais vers Lomé, qui se positionne comme un sérieux prétendant au titre de capitale de la régulation financière en Afrique. Cette reconnaissance potentielle souligne l’importance croissante de la lutte contre les activités illicites et le renforcement de la transparence dans le secteur financier mondial.

La décision de choisir Francfort comme capitale de la régulation bancaire européenne par les députés européens et le conseil le 22 février 2024, est le résultat d’un processus minutieux impliquant neuf pays candidats (la Belgique, l’Allemagne, l’Irlande, l’Espagne, la France, l’Italie, la Lettonie, la Lituanie et l’Autriche), parmi lesquels figuraient des acteurs majeurs de l’économie mondiale. Pour en arriver là, l’Allemagne s’est impliquée dans plusieurs initiatives pour se montrer capable d’accueillir un tel siège, malgré que le ministre français de l’économie, des finances, Bruno Le Maire, ait vaillamment défendu la candidature de la France.

L’intérêt d’accueillir un tel siège constitue une véritable marque de responsabilité et maturité de l’Etat en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Cela accorde une certaine crédibilité à l’hébergeant et rassure plus les investisseurs. Cette décision confère à Francfort une légitimité institutionnelle et renforce son statut de centre financier de premier plan.

Dans le même temps, le Togo se démarque comme un candidat sérieux pour accueillir l’Autorité Africaine de l’Anti-Blanchiment, notamment en raison de l’engagement continu du président Faure Gnassingbé dans la lutte contre ces pratiques illicites. Lomé se positionne également bien en tant que leader régional car l’on sait la très forte implication du chef de l’Etat togolais Faure GNASSINGBÉ dans la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme en Afrique ; on sait aussi son rôle stratégique dans cette lutte dans la sous région.

Il est déjà annoncé que Lomé accueillera la grande rencontre des Compliance et Risk officers dans le mois de juillet 2024 à l’hôtel 2 Février. À entendre, plusieurs experts du monde poseront leurs valises à Lomé pour 2 jours de réflexions, partages et formations.

Par cet évènement unique et jamais réalisé en Afrique, le Togo aura donc suffisamment d’arguments à faire valoir au moment de la création de l’AMLA ( Anti Money Laundring Authority ) africain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page